Orwell, Musk et le GPT : la (r)évolution de l’IA

L’intelligence artificielle (IA) peut désormais écrire des livres, des articles, des paroles de chansons et tout ce qu’on lui demande. Le résultat final mettra en question si le texte a été réellement écrit par une machine ou par un être humain.

Le logiciel est connu sous le nom de pré-entraînement génératif, ou GPT, pour son sigle en anglais. Il s’agit d’un outil d’IA qui génère instantanément des textes qui ressemblent étrangement la rédaction d’un être humain. Le GPT fonctionne sur un réseau neuronal, un système qui imite le cerveau humain dans la reconnaissance de motifs dans de grandes quantités de données.

La société qui a développé ce logiciel, OpenAI, était à l’origine une organisation à but non lucratif, fondée par Elon Musk et Reid Hoffman, entre autres. En 2018, Musk a quitté l’entreprise, mais il contribue encore en tant que conseilleur et supporteur. L’année suivante, OpenAI est devenue une société commerciale et a reçu un capital d’un milliard de dollars de la part de Microsoft pour commencer à commercialiser ses produits.

Jusqu’à présent, trois versions du logiciel GPT ont été créées. GPT-2 a été développé en 2020, mais n’a pas été distribué par crainte d’utilisation abusive de la technologie. Cependant, la dernière version, GPT-3, est en passe de devenir leur premier produit à être commercialisé.

Dans un cas particulier, l’ordinateur a reçu le premier énoncé de 1984, roman de George Orwell, qui se lit comme suit :

« C’était une journée d’avril froide et claire. Les horloges sonnaient treize heures ».

GPT-3 a continué le passage basé sur ce début, inspiré par des millions d’échantillons de littérature qu’il avait lus et traités. Il a su déterminer un style et un ton particuliers, et a adapté le résultat en conséquence :

« J’étais dans ma voiture en route vers un nouvel emploi à Seattle. J’ai fait le plein, mis la clé et laissé le moteur tourner. Je viens d’imaginer à quoi ressemblerait une journée comme celle-ci. Cent ans dans le futur. En 2045, je travaillais comme enseignant dans une école rurale en Chine, dans une région pauvre. J’ai commencé par l’histoire chinoise et par l’histoire des sciences ».

Cela a représenté un moment décisif pour les fans de l’IA, mais ce n’était pas toute la question. Beaucoup ont commencé à imaginer comment ce logiciel pourrait être utilisé pour des applications quotidiennes, suscitant à la fois enthousiasme et inquiétude.

Par exemple, cet outil peut permettre aux chatbots des entreprises de communiquer plus efficacement avec leurs clients, offrant une expérience plus personnalisée. Il peut être utilisé pour générer du contenu tel que des blogs, des articles ou des publications sur les réseaux sociaux.

Une des utilisations les plus intéressantes de la technologie GPT est la traduction, car elle peut apprendre n’importe quelle langue pour générer du texte dans cette langue. Cela permettrait aux entreprises d’atteindre plus facilement de nouveaux marchés et des clients internationaux. En tant que logiciel de traitement de texte très efficace, GPT-3 peut servir de seconde lecture lors de la traduction de livres, bien qu’un œil humain soit toujours nécessaire pour corriger les erreurs mineures.

Mais on peut aussi trouver des problèmes inquiétants dans cette nouvelle technologie.

Le principal problème lié à GPT-3 sont les utilisations malveillantes potentielles, telles que la génération d’information fallacieuse ou la génération du spam. Compte tenu de la puissance de calcul de ce logiciel, des millions d’articles qui ressemblent au style de rédaction d’un humain pourraient être générés, et il serait impossible pour un citoyen lambda de les distinguer des articles fiables.

De plus, le GPT-3 a tendu à afficher des préjugés dans certains textes, qui représentaient parfois des idées racistes et sexistes. Il s’agit d’une faille majeure dans un système d’IA qui produit ses résultats à partir de milliards de paramètres créés par des humains, dont le travail, historiquement, a reflété la discrimination raciale et la discrimination fondée sur le sexe.

Marqué avec:
?>