LE BLOG DANS AUTRES LANGUES

Blog de traducción
Blog di traduzione
Blog de traduction
Übersetzungsblog
Blog de tradução
Vertaal Blog
翻訳ブログ
Блог на тему перевода
翻译博客
مدونة الترجمة
번역 블로그

Le langage est-il devenu plus émotionnel ?

Au début de l’année dernière, une équipe de chercheurs de l’Université de Wageningen (WUR) et de l’Université de l’Indiana a publié un article prétendant avoir démontré la non-pertinence croissante des faits dans le discours public, ajoutant une certaine crédibilité à l’idée que nous sommes vraiment à l’ère post-vérité.

Les chercheurs ont examiné le langage utilisé dans des millions de livres en anglais et en espagnol publiés entre 1850 et 2019, analysant l’utilisation des 5 000 mots les plus utilisés dans chaque langue. Ils ont également analysé l’évolution des usages des mots dans le New York Times au cours de la même période. Ils ont constaté une augmentation des mots liés au raisonnement, tels que « déterminer » et « conclusion », et un déclin des mots liés à l’intuition, tels que « sentir » et « croire », qui a commencé vers 1850 et qui a duré jusqu’à la fin du XXe siècle. À partir des années 1980, cependant, ce schéma s’est inversé, parallèlement au passage d’un langage collectiviste à un langage individualiste.

Un paysage changeant

« Inférer les moteurs des tendances à long terme observés de 1850 à 1980 reste nécessairement spéculatif », a déclaré l’auteur principal, Marten Scheffer de l’Université de Wageningen, suggérant comme cause possible l’essor de la science et de la technologie et les avantages socio-économiques qui en résultent, lesquels « ont imprégné la culture, la société et ses institutions allant de l’éducation à la politique ». La science et le langage associé à la science ont acquis un certain prestige.

De même, il reste un certain degré de spéculation concernant les moteurs potentiels de l’essor du langage intuitif. Les auteurs ont constaté que le passage de la rationalité à l’émotion dans les livres s’est accéléré vers 2007, parallèlement à la montée en puissance des réseaux sociaux partout dans le monde. Ils fournissent ensuite une variété d’arguments soutenant l’idée que les réseaux sociaux peuvent être un moteur important dans cette tendance.

Il y a eu un grand nombre de campagnes sur les réseaux sociaux à travers un large éventail d’idéologies. L’article souligne comment les réseaux sociaux ont catalysé le Printemps arabe en décrivant la situation en Tunisie, comment les vidéos djihadistes motivent les terroristes en montrant des abus commis par des soldats américains et comment le véganisme est promu par des campagnes mettant en lumière des problèmes qui affectent le bien-être animal. Dans ces cas, la matière présentée reflète en fait la réalité, quoique d’une manière qui suscite une réaction émotionnelle envers un monde perçu comme « injuste et empêtré dans une multiplicité de crises », mais on peut aussi se tourner vers l’utilisation des réseaux sociaux dans la divulgation des théories du complot. Aux États-Unis, il y a de nombreuses allégations de fraude électorale fondées sur l’intuition. Cela a peut-être conduit à l’assaut du Capitole en 2021.

Mais cela étant dit, le changement que l’on a découvert « a ses origines des décennies avant la montée en puissance des réseaux sociaux, ce qui suggère que les réseaux sociaux ont pu être un amplificateur et que d’autres facteurs ont dû entraîner la stagnation de la montée à long terme de la rationalité vers 1975 à 1980 et déclencher son renversement », comme le rapporte l’équipe.

Les prochaines étapes

Ils ont toutefois reconnu que « les modèles à long terme sont en partie des artefacts provenant des données et de la sélection de mots », et que les textes analysés sont « une représentation biaisée du langage ». Un certain nombre de variables inconnues pourraient vraisemblablement contribuer à cette tendance au-delà d’un éloignement plus large des faits et de la raison.

Indépendamment de ce qui motive ces effets, comme le dit la co-auteure, Ingrid van de Leemput de l’Université de Wageningen, les résultats indiquent un lien entre « le phénomène de post-vérité et un basculement historique dans l’équilibre entre nos deux modes de pensée fondamentaux : le raisonnement contre l’intuition ». De par sa nature, ce changement serait très probablement impossible à empêcher, obligeant les sociétés à « trouver un nouvel équilibre, reconnaissant explicitement l’importance de l’intuition et de l’émotion » sans nier l’importance de la science et de la rationalité dans la compréhension d’un monde complexe.

Image de Mohamed Hassan chez Pixabay