L’anglais de Miami : De quoi s’agit-il ?

La variation des langues est un processus actif. Lorsque tu voyages d’un bout à l’autre des États-Unis, tu verras que chacune des communautés parle la même langue, mais chacune à sa manière. Ces différences peuvent aller au-delà des accents.

À Miami, une nouvelle variété d’anglais émerge grâce au contact prolongé avec l’espagnol parlé par les résidents d’origine hispanique, notamment ceux d’origine cubaine.

Quand les langues changent

Malgré la standardisation des langues, elles ont toujours subi de nombreux changements. En fait, une langue standard n’est qu’une variété d’une langue donnée, dont la grammaire et la sémantique ont été établies comme la lingua franca de la communauté linguistique en général. Ce processus se produit pour plusieurs raisons. Par exemple, en Grande-Bretagne, aux XVIIe et XVIIIe siècles, les membres de la classe dirigeante avaient besoin d’une manière commune de parler l’anglais pour mieux communiquer entre eux et pour se distinguer des classes populaires.

De l’autre côté de l’océan, l’anglais standard américain, également connu sous le nom d’anglais académique, fut créé pour fournir un anglais commun permettant d’évaluer le mérite académique. Alors qu’en Chine, pays dont les dialectes régionaux ne sont pas mutuellement intelligibles, la normalisation n’a commencé qu’au XXe siècle, dans le cadre de la modernisation du pays.

Et malgré les progrès vers la normalisation, les normes évoluent pour mieux refléter les nombreuses nuances des langues. L’anglais américain standard est influencé par de nombreux lexiques et prononciations, mais les changements peuvent être plus drastiques lorsqu’il entre en contact avec d’autres langues.

C’est ce qu’elles font les langues. Lorsqu’elles entrent en contact les unes avec les autres, elles s’influencent mutuellement. Le créole haïtien, par exemple, « a évolué à partir d’un français pidginisé ». C’est pourquoi l’ancien anglais est presque indéchiffrable pour les anglophones d’aujourd’hui et pourquoi le moyen anglais n’est que légèrement mieux compris.

Alors, quelque chose de similaire se produit à Miami, où une grande partie de la population est d’origine hispanique.

L’espagnol et l’anglais se rencontrent à Miami

À partir des années 1950, le sud de la Floride a accueilli une vague d’immigrants cubains. Ce déplacement a signifié l’intégration de nombreuses personnes hispanophones dans une communauté majoritairement anglophone. Maintenant, « plus de 65 % de la population du comté de Miami-Dade s’identifie comme hispanique ou latine, et, dans les grandes municipalités comme Doral et Hialeah, ce nombre passe à 80 % et à 95 %. »

Des recherches menées par Philip M. Carter, sociolinguiste à la Florida International University, mettent en lumière l’effet que cela a eu sur l’anglais parlé dans la région. En particulier, le rôle des calques de l’espagnol dans la langue anglaise.

Un calque est un type d’emprunt provenant de la langue maternelle d’un locuteur qui est utilisé dans une langue seconde, par exemple, ‘make a party’, au lieu de ‘have a party’, qui calque la phrase espagnole « hacer una fiesta » ou ‘to be married with someone’, au lieu de ‘to be married to someone’, qui calque « casarse con alguien« .

Ces calques sont différents du Spanglish. Le Spanglish est plutôt d’une façon de parler dans laquelle on passe de l’anglais à l’espagnol, ou vice versa, au milieu du discours. Il est aussi le mélange des mots ou des phrases courtes de l’une ou l’autre langue. Cela crée des phrases qui, bien que reconnaissables en anglais, semblent assez étranges : ‘We got down from the car and went inside.’ Ou aussi cette phrase : ‘I made the line to pay for groceries.’

Ces emprunts sont appelés calques lexicaux littéraux, mais, selon les recherches de Carter, des calques sémantiques et phonétiques se produisent également, c’est-à-dire des emprunts de mots ou de sons. Par exemple, le mot « carne » veut dire « viande », mais il peut également être utilisé pour désigner spécifiquement le bœuf. Et les locuteurs locaux ont donné ce sens précis au mot ‘meat‘, par exemple : ‘I’ll have one meat empanada and two chicken empanadas’.

Certains calques ne se trouvent que chez les hispanophones de la première génération d’immigrants. Par exemple, dans la phrase ‘to throw a photo’, qui est un calque de l’expression caribéenne « tirar una foto ».

Malgré cela, d’autres calques sont également adoptés par ceux qui sont nés à Miami et environs, des personnes qui, bien que peut-être bilingues, parlent principalement l’anglais à la maison.

Les langues sont apprises dans une communauté, et lorsque cette communauté parle deux langues, elles se combinent de manière intéressante. Carter suggère d’observer d’autres États avec de grandes populations d’immigrants hispanophones.

Mais t’inquiètes pas : sauf s’il s’agit de littérature ou de médias populaires, nous n’utiliserons pas de calques sur tes traductions professionnelles. Pour démêler les nuances linguistiques et transmettre ton message avec précision, que ce soit en espagnol ou en anglais, contacte les linguistes experts de Trusted Translations à notre bureau de Miami, notre plus grand centre de services linguistiques aux États-Unis, ou via notre formulaire en ligne, pour obtenir un devis gratuit.

Image de Deyson Ortiz chez Pixabay