LE BLOG DANS AUTRES LANGUES

Blog de traducción
Blog di traduzione
Blog de traduction
Übersetzungsblog
Blog de tradução
Vertaal Blog
翻訳ブログ
Блог на тему перевода
翻译博客
مدونة الترجمة
번역 블로그

Les périls de la traduction IA dans les contextes de demande d’asile

Les réfugiés se retrouvent dans une situation singulièrement précaire, frustrante, effrayante. Ils ont été déplacés de chez eux et sont obligés d’essayer d’être admis à entrer dans un pays étranger. Un pays dont la langue officielle est souvent différente de la leur. C’est une situation que la plupart des gens ont le privilège d’éviter. Cet événement bouleversant échappe totalement au contrôle des réfugiés. Ainsi, la tendance récente de certaines organisations et agences gouvernementales à refuser effectivement à ces personnes l’accès à des traducteurs experts pour compléter des documents critiques — et à laisser qu’ils se débrouillent avec des logiciels de traduction automatique — est choquante.

Bien que la traduction automatique se soit beaucoup améliorée au cours de la dernière décennie, elle est encore insuffisante, ce qui la rend inadmissible dans les situations de vie ou de mort dans lesquelles les réfugiés peuvent se trouver. Les demandeurs d’asile doivent remplir les formulaires requis avec des informations précises. Et la précision, dans ce cas, nécessite les services de professionnels qualifiés.

Traducteurs et réfugiés

Lorsqu’un réfugié demande l’asile dans plusieurs pays, il devra probablement faire face à ces circonstances ayant peu (ou n’ayant pas) de connaissance de la langue du pays. C’est normal. Après tout, ce n’était pas une excursion prévue. Les réfugiés n’ont toujours pas le choix. En travaillant avec eux, les traducteurs peuvent aider ces réfugiés à se frayer un chemin à travers des systèmes d’immigration complexes, ce qui comprend l’assemblage de divers formulaires d’immigration tels que les demandes d’asile.

Sans cette assistance, il est difficile d’imaginer comment un réfugié pourrait comprendre clairement ce qui lui est demandé, et encore moins comment y répondre.

Uma Mirkhail, une traductrice spécialisée en crises qui travaille avec Respond Crisis Translation, a raconté à Rest of the World une situation où le manque d’assistance a eu des conséquences catastrophiques. En 2020, Mirkhail a travaillé avec une locutrice du pachto, une réfugiée qui avait fui l’Afghanistan vers les États-Unis et dont la demande d’asile avait été refusée parce qu’elle différait de la réponse à l’entretien initial.

La raison était simple : un outil de traduction automatique avait remplacé les pronoms de la première personne du singulier dans la déclaration de la réfugiée par des pronoms de la première personne du pluriel, créant une divergence entre son entretien initial et ce qui était écrit dans sa demande d’asile. Cette différence était une cause suffisante pour le rejet.

Comme l’a déclaré Leila Lorenzo, directrice des politiques chez Respond Crisis Translation, dans une interview avec Rest of the World, non seulement les traducteurs perdent leur emploi avec l’essor des applications et de la traduction automatique, mais en plus, des demandes d’asile déjà précaires risquent d’être refusées.

Au Royaume-Uni, un document du ministère de l’Intérieur (Home Office) divulgué par le journal The Guardian en février a révélé de nouveaux plans pour tenter d’éliminer l’accumulation de demandes d’asile. Ces plans comprennent un questionnaire de plus de cinquante questions qui remplacerait les entretiens en personne dans le cadre du Streamlined Asylum Processing (Traitement simplifié de l’asile). La directive officielle pour ceux qui ont des compétences limitées en langue anglaise serait de demander de l’aide à leur famille ou à leurs amis, ou d’utiliser des outils de traduction en ligne.

Assurer un soutien adéquat

Veiller à ce que les demandeurs d’asile aient une chance équitable signifie s’assurer qu’ils bénéficient d’un soutien adéquat. Il doit y avoir une aide réelle, comme fournir des traducteurs experts qui peuvent éviter le genre d’erreurs que commettent les outils et les logiciels de traduction. Les gouvernements — ou leurs sous-traitants — et les organisations d’aide travaillant avec les demandeurs d’asile ne peuvent pas continuer à s’appuyer sur une technologie inefficace si leur objectif est de donner une chance équitable aux demandeurs d’asile.

Bien sûr, la traduction automatique et l’IA continuent d’être des développements intéressants, mais la traduction reste une tâche difficile. Cela va au-delà d’une simple traduction mot à mot. Le contexte d’une phrase peut influencer le sens d’un seul mot de telle manière que la technologie ne peut pas le détecter, ce qui conduit à de simples erreurs. C’est comme dans le cas décrit par Mirkhail. Un traducteur humain peut se frayer un chemin à travers ces complexités. Et cela s’ajoute aux complexités introduites par les métaphores et les expressions idiomatiques qui peuvent apparaître dans la déclaration personnelle d’un réfugié.

Damian Harris-Hernandez, co-fondateur du Refugee Translation Project, souligne ces problèmes, soulignant également qu’au fond, « l’écriture de la personne n’est peut-être pas parfaite ».

Deux des langues les plus demandées au Refugee Translation Project sont le dari et le pachto. Mais il n’y a pas eu autant de développement dans les outils de traduction en ce qui concerne ces deux langues. La raison de cet écart est que, d’une manière générale, l’anglais et le chinois mandarin ont une priorité plus élevée.

L’embauche de traducteurs vaut la peine si l’on tient compte des besoins des réfugiés. Les traducteurs peuvent s’assurer que les demandeurs d’asile communiquent des informations avec précision lorsqu’ils remplissent des formulaires, préparent des documents ou font des déclarations. Trusted Translations offre les services de linguistes professionnels du monde entier, travaillant dans un large éventail de langues. Ce sont des services extrêmement importants.

Image de Gerd Altmann chez Pixabay